William Mendiant

William Mendiant

En entrant chez Gardner, le boss m’a dit: « Il faut que tu me fasses un texte pour te présenter. » Je crois donc que le moment est venu de me livrer…
J’aurai vraiment souhaité vous conter une histoire époustouflante, mais mon parcours est tout ce qu’il y a de plus classique dans notre petit monde de pêcheur. Je me suis retrouvé très tôt avec une canne à coup dans les mains, et mes premières ablettes ont été le point de départ d’une passion qui ne me quittera plus. Au gré des sorties de mon grand frère, je passerai par le coup, la truite, le carnassier… Jusqu’à faire la rencontre d’un ami qui me promettait quelque chose de génial en m’invitant chez lui pêcher la carpe. Je partais dans l’inconnu, avec toute l’excitation d’un môme de 12 ans. Deux jours et trois poissons plus tard, j’ai eu la certitude absolue que ça serait la carpe et aucune autre pêche. 18 ans plus tard, je vis, je dors, je respire carpe.

A travers presque deux décennies, j’ai du mal à croire que ça passe aussi vite, un paquet d’eau a coulé sous les ponts. J’ai plongé tête baissé dans cet univers, et à chaque fois que j’ai relevé la tête, repris mon souffle, j’ai vu que la pêche que j’aimais tant ne cessait d’évoluer, et pas toujours dans le bon sens… Un nombre de pêcheurs décuplé, des berges bien souvent bondées de monde, avec toutes les incivilités qui vont avec. Une course au peson, au matériel, au sponsoring… Bien souvent, l’essence même de la pêche a disparu. Le plaisir d’être au bord de l’eau, la nature, tout ça devient tellement obsolète… J’en suis malade.

Mais pourquoi diable cracher sur cette pêche que j’aime tant me direz-vous ? Car notre image est devenue mon combat ! Je suis tombé follement amoureux de ce poisson, avec des yeux d’enfant, pour les bonnes raisons, avec une extrême sincérité, voir naïveté. Et désormais, je ne cours après aucune gloire, aucun record, aucun palmarès, mais plutôt après le souhait que l’on revienne à de vraies valeurs. J’essaie tant bien que mal de véhiculer la meilleure image possible de notre passion. Donc quand on me demande de me présenter, c’est ça qu’il faut retenir, que je suis un pêcheur entier, respectueux, soucieux de mes actes et de leurs conséquences sur notre passion. Ce n’est pas de savoir quel est mon record ou mon montage préféré.

Ce besoin que j’ai d’être l’avocat de ma passion s’est encore renforcé lorsque j’ai découvert une véritable passion pour la photographie, et plus récemment pour la vidéo. On me demande de me présenter, de parler pêche, et je vous parle de photo… Mais c’est le moyen d’expression qui me paraît le plus juste à l’heure actuelle, et une image vaut mille mots, laisse libre cours à l’imagination, et peut évoquer tant de sentiments… Je vous invite à faire un petit tour sur mon Facebook William Carpfishing.

Et contrairement à ce qu’on peut entendre, ceci n’est pas incompatible avec le sponsoring. Etre sponsorisé ne veut pas dire se prostituer pour une marque… Lorsque David m’a contacté, nous avons longuement échangé, nous étions sur la même longueur d’onde, notre passion est guidée par les mêmes besoins. C’est aussi le rôle des marques de promouvoir la pêche sous son plus beau visage, et pas uniquement le matériel. Et ce n’est pas parce que je vais vanter les mérites de telle tresse ou de tel hameçon, que cela fait de moi quelqu’un d’immoral.

Eclatez-vous au bord de l’eau, et à très vite.


Fact File


Nom: William Mendiant
Date de naissance: 02/06/87
Endroits Favoris: sauvages et peu de pression, peu importe le cheptel
PB’s: 25,5 miroir et 21 commune


June 12th, 2017|Categories: French Team, International Team|0 Comments

Leave A Comment